Publicités

UNE FAMILLE EN JORDANIE #FamilyinJordan

Voyage, nature et découverte de la Jordanie ...Parce que la beauté du monde est dans l’œil de celui qui regarde!

UNE FAMILLE EN JORDANIE             #FamilyinJordan

Le mot du mois : histoire de cinq mots arabes devenus français…

Après les 7 mots du mois dernier (7 expressions fameuses à connaître en Jordanie), nous continuons sur notre lancée. La langue arabe est réputée être riche et pleine de subtilités…Et sans doute savez-vous qu’elle a influencé plusieurs langues latines, dont le français.

On évalue aujourd’hui à 500 le nombre de mots français d’origine arabe. Si le latin, et aujourd’hui un peu l’anglais, sont les deux principaux pourvoyeurs de notre dictionnaire, l’arabe en est la troisième source d’inspiration ! Il y a ainsi deux fois plus de mots d’origine arabe que gauloise dans le vocabulaire français d’aujourd’hui, et cela ne date pas d’hier. Ce qui est intéressant, c’est que l’arabe, lui-même, a pu être influencé par d’autres civilisations (Grèce et empire sassanide en particulier).

Pour preuve, l’histoire de 5 mots arabes ayant diffusé la langue française 🙂

Alcool

Evidemment, il n’y a pas de stricte équivalence entre « arabe » et « musulman » (n’en déplaise à OSS 117), mais il est toutefois remarquable que le mot « alcool » , d’origine arabe, soit rentré dans toutes les langues occidentales, alors que sa consommation représente l’un des interdits majeurs de l’Islam. Mais l’histoire est en fait un peu plus compliquée…

Voici pourquoi: « alcool » vient au départ « al-khôl » , qui désigne en arabe une poudre très fine de stibtine (dérivé d’antimoine), servant à embellir le contour des yeux… Par extension, ce terme a été utilisé par les alchimistes arabes et berbères pour désigner tout type de poudre fine, puis du liquide distillé, utilisé pour ses vertus thérapeutiques…. Or , qu’est ce que l’alcool, si ce n’est du liquide distillé ou fermenté?

Et c’est ainsi que ce mot est ensuite rentré dans le vocabulaire de nombreuses autres langues, sous des formes proches (alcool, alcohol, alkohol…)

Ah, et au passage, puisqu’on parle de distillation…Le terme « alambic » est aussi passé par les arabes, puisque sa transcription arabe (āl-anbyq) a servi de relais entre le grec ancien  (al -ambix), et, plus tard, le latin médiéval (alambic).

En Arabie pré-islamique, la consommation de boissons alcoolisées existait. Si par la suite, l’islam l’a interdit, c’est précisément parce que les arabes maîtrisaient sa fabrication et connaissait les excès pouvant en découler ! Cette interdiction apparaît donc explicitement à cinq reprises dans le Coran. Toutefois, « l’alcool » n’est pas mentionné sous son terme « al khol », mais plutôt sous le nom de « khamr », plutôt traduit par le terme de « vin ».

En deux mot : on utilise le mot « alcool » parce que les arabes l’utilisaient pour désigner une substance distillée, surtout utilisée pour la cosmétique ou la médecine. Mais ce n’était pas de l' »al khol » qui était consommé par les arabes préislamiques, qui lui préféraient, comme la quasi totalité des peuples antiques, des boissons alcoolisées fermentées (vin, bière…) !

Camera

Beaucoup de sources rattachent l’origine de ce mot au latin « camera », qui signifie « chambre ». Ce qui est un peu vrai, et surtout très raccourci. Car si les maisons des romains possédaient une « camera », l’origine scientifique du terme dérive , lui, de l’arabe « qumra », qui signifie cabine, poste, et aujourd’hui « cockpit ». Le mot remonte plus précisément à l’Age d’Or de l’Islam, appelé ainsi en raison de la maîtrise des sciences et de la médecine.

L’histoire de la caméra est riche, et sa gestation remonte à un savant arabe. Al Hazen, ou Ibn al-Haythem, fut un mathématicien, astronome, physicien né à Bassora en 965 et mort au Caire en 1039. Son apport scientifique est exceptionnel, et le fameux « problème d’al Hazen », dont il avait trouvé une solution intuitive,  n’a pu être mathématiquement résolu qu’en 1997 par Peter Neumann. Il est considéré comme l’inventeur de la physique en tant que procédé expérimental, cette discipline étant auparavant surtout une philosophie.

Al Hazen était féru d’optique. Après avec découvert ou redécouvert (il a peut être repris certaines choses des grecs, ca, on ne le sait pas…) le mode de fonctionnement de l’œil humain, il a su théoriser ses observation, puis, par extension, développer le principe de la chambre noire.

Plus de huit siècles après, c’est ce même principe qui aura permis l’invention de la photographie par Nicephore Niepce en 1826, puis de la caméra en 1891…

Amiral

Ce terme désigne le grade le plus élevé de la Marine. L’amiral est un officier général, dont la fonction traditionnelle est de commander une flotte navale. Le fait que ce mot vienne de l’arabe est su par la plupart des gens de mer…Ce qui est moins connu, c’est que ce sont les Croisades qui auront rendu possibles sa diffusion vers notre langue !

Ce mot provient de l’arabe « أميرال » (ʾamīr ‘al), et se décompose entre le nom « أمير » (ʾamīr ou émir), « chef, commandant », et un suffixe dont l’origine est toujours en discussion (ça peut être la « mer », ou « les croyants »…).

En tout cas, dès 1205, des chroniques de croisés (de Villehardouin) commencèrent à évoquer le terme « amiral », pour désigner l’officier arabe commandant les troupes arabes à la mer en cette pleine époque de guerre navale entre croisées et musulmans. Et dès 1240, le Royaume Normand de Sicile (oui, ca existe), coincé entre arabes d’une part, et monde chrétien de l’autre, commença à reprendre à son propre compte ce terme pour désigner ses chefs à la mer…Et c’est ainsi que par porosité culturelle, l’amiral a fait son apparition en France , et en Angleterre (« admiral » apparaît exactement à la même période, au fin XIIème – début XIIIème siècle!

Beaucoup d’autres termes marins français doivent leur existence aux arabes, qui, au haut moyen-Age, avaient hérité  les avancées d’autres civilisations, ou développer leurs propre technologie : calfater, (qalafa), alidade (al-idhâdah), azimuth (as-simt), zenith (as-samth), nadir (naẓīr)…

Ramdam

Un ramdam désigne  un grand désordre, ou un tapage, souvent nocturne, plutôt dans un contexte de fête….On doit bien sûr ce mot à la déformation de « Ramadan », mois sacré des musulmans pendant lequel il n’est permis de boire et de manger qu’après le coucher du soleil. Et quiconque a visité un pays arabe pendant le mois de Ramadan sait que les festivités nocturne sont en effet joyeuses et bruyantes !

Le rapprochement de ce mot entre l’arabe et le français a commencé avec la colonisation du Maghreb, et en particulier de l’Algérie, avec des utilisations avérées dès le milieu du XIXIème siècle.  C’est ensuite la ère guerre mondiale et la juxtaposition entre troupes coloniales et métropolitaines », que le ramdam fait son apparition dans l’argot des Poilus. Ceux-ci , rentrant chez eux en permission ou pour de bon, après la guerre, permirent ensuite la diffusion massive de ce mot vers le « français moyen » !

Divan et douane

Quel rapport entre ces 2 mots? « diwan » bien sûr. Désolé pour nos amis bretons, pour qui le « diwan » signifie « jeune pousse, germe », repris après dans l' »‘école diwan »), mais ce n’est pas le mot breton qui a marqué son empreinte dans la langue française.

Car Divan et douane dérivent du mot arabe « Diwan » (ديوان), lui même originaire de la Perse et de ses Sassanides antérieurs à l’invasion musulmane de 651…

Le diwan désignait initialement en persan l’administration. Par extension, diwan s’est mis à désigner l’endroit ou les hauts fonctionnaires  prenaient place : ces lieux étaient largement pourvus en sièges confortables pour recevoir…des divans, donc ! 🙂 Et plus tard, après que le califat omeyyade ait absorbé une bonne partie de la Perse, la jeune dynastie arabe inexpérimentée dans l’administration d’un empire, avait du s’appuyer sur un réseau déjà existant de fonctionnaires compétents …ceux-ci ont repris les termes de leur culture d’origine, et c’est ainsi que le diwan a infusé dans la langue arabe!, Très vite, le diwan est devenu l’endroit dans lequel devaient s’enregistrer les individus  appartenant aux troupes musulmanes.  Par extension, ce terme a ensuite désigné les bureaux de l’administration centrale sous le califat abbasside à partir des Xème – XIème siècle…

Notre « douane » tire son nom de cette même origine : il s’agit aussi de bureaux ou se réunissaient les agents administratifs des finances, chargés de collecter les droits….c’étaient devenus des douaniers, en somme ! 🙂


 

Follow us in social medias
Advertisements
Publicités

Un commentaire? Une question? C'est par ici!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-nous sur Facebook

 

%d blogueurs aiment cette page :