JORDANIE DECOUVERTE #Family in Jordan

Blog Voyage , Conseil & Nature en Jordanie...Parce que la beauté du monde est dans l’œil de celui qui regarde!

JORDANIE DECOUVERTE            #Family in Jordan

Tout savoir sur les postes-frontières entre la Jordanie et Israël : le manuel

Quand on vient en Jordanie, on peut-être tenté de cumuler son voyage avec Israël et la Cisjordanie. De même, les touristes allant en Israël ont souvent envie de traverser la frontière pour visiter la Jordanie. Dans le Levant, tout est si proche, tout est si lointain…Depuis les accords d’Aqaba en 1994, la Jordanie et Israël ont signé la paix. Avec l’Egypte et la Mauritanie, la Jordanie est donc maintenant le seul pays arabe à reconnaître officiellement l’état d’Israël : cela simplifie considérablement la liberté de circulation entre les pays. Et, pour les touristes ou expats, de susciter l’envie d’aller voir de l’autre côté pour quelques jours ! 
La distance entre Amman et Jérusalem? 70 kilomètres seulement. Le lac de Tibériade est à 8 kilomètres seulement du merveilleux site archéologique d’Umm Qays. Et Eilat se situe littéralement à un jet de pierre d’Aqaba. En tablant sur un temps de passage à la frontière de 2 heures, vous pouvez prendre votre petit déjeuner à Amman , pour transiter  en journée et profiter des plages de Tel-Aviv dès le milieu l’après-midi! 

Par voie terrestre, il existe 3 manières de passer de l’est à l’ouest, ou vice versa. 

Du nord au sud: le passage du Sheikh Hussein (Beit Shehan coté Israélien) , le King Hussein Bridge (aussi appelé Allenby), et enfin Aqaba/Eilat à l’extrême sud, Pour compliquer la chose, ces 3 postes ne sont pas soumis aux mêmes règles, ni aux mêmes horaires…

Le but de cet article: faire une synthèse entre les consignes officielles des deux pays, et l’expérience effectivement vécue par nous, ou par les lecteurs qui ont voulu témoigner. La suite, en texte, en images (quand on en a …car en fait c’est interdit ! 🙂 ), et en récits!

 


 

Traverser la frontière : les grands principes

Des milliers de personne la traversent chaque jour…mais avouons que cette frontière là est un peu particulière. Nous avons fait 4 grands constats sur cette longue ligne assez surveillée.

Notre premier constat: en général…ça marche très bien ! 

Il ne faut pas s’inquiéter plus que de mesure. Dans plus de 9 cas sur 10, ça se passe bien, facilement, et rapidement ! Donc inutile de psychoter inutilement à l’avance. Il est par contre très utile de faire du benchmarking sur les expériences des autres, pour savoir à quoi s’attendre. Ça tombe bien, c’est l’objet des lignes qui suivent. 

Deuxième constat…Ne comptez que sur vous-même

La manière de traverser la frontière n’est pas symétrique entre les deux pays, et ces derniers adoptent des procédures différentes. Et, sans surprise, c’est statistiquement un peu plus long de rentrer en Israël, que d’en sortir. Cela n’est pas vraiment un scoop, dans un pays plutôt soucieux de sa sécurité nationale. A l’inverse, coté jordanien, il peut y avoir de grosses différences entre la théorie et la pratique. Sites internet pas à jour, horaires de fermeture et d’ouverture exotiques, informations erronées…ne comptez pas (que) sur l’institutionnel pour préparer votre voyage! 

Troisième constat…Rien ne vaut l’expérience des autres.

Il y a peu près autant d’expériences que de gens qui ont traversé la frontière….Et cette expérience peut varier de « hyper rapide et sympa », à « horrible et interminable ». Et pourquoi cela ? La réponse à cette question est compliquée : peut être que le jour de votre traversée, il y aura une situation de sécurité plus élevée à cause d’un renseignement porté aux oreilles des services israéliens…Ou alors, peut-être qu’il y aura une augmentation des tensions israélo-palestiniennes (surtout vrai au king Hussein Bridge, situé en Cisjordanie!). Ou encore :  peut-être que les services douaniers israéliens voudront vérifier des éléments sur vous ou votre entourage quand ils scanneront votre passeport…Ou alors : peut-être que vous n’avez juste pas de bol. Etc, etc. 

Quatrième constat, en forme de conseil : positiver!

Vous aurez tout à gagner à adopter une philosophie positive. Y compris (et surtout) si ça traînaille… Y compris si vos enfants s’impatientent en braillant….Y compris si la douanière vous pose pour la cinquième fois la même question…

Si vous vous apercevez en rentrant en Israël que vos compagnons de voyage vont plus vite, et que vous êtes retenus plus longtemps, ça signifie probablement que vous êtes en train de passer par des filtres supplémentaires de sécurité (peu de chance que votre passeport soit oublié sous une liasse de papiers). C’est comme ça, c’est la bureaucratie, c’est la procédure…

Donc en vous énervant, vous ne feriez que confirmer le fait que ces contrôles supplémentaires sont nécessaires. Après tout, comme l’écrivait Baudelaire, « là bas, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté ». Bon, ok, j’exagère un peu sur le luxe et la volupté. Mais vous m’avez compris : « keep calm, and cross the border« .

From Claudio

Le Sheikh Hussein Bridge

C’est le poste frontière le plus au Nord.

Déjà, attention: il n’est pas à confondre avec le King Hussein bridge, qui lui, est situé 50 km au sud. Il permet d’accéder à proximité de Beit Shean, un magnifique site gréco-romain, et le lac de Tibériade n’est qu’à 20 km.

Distance d’Amman : 90 km / 1H15

Distance de Jérusalem: 120 kms / 2h

Horaires: 07H00 – 20H30 tous les jours sauf le samedi (08H30-18h30). Attention, les horaires changent lors des fêtes religieuses juives, musulmanes, et même chrétiennes. Le poste est fermé lors du Yom Kippour et du nouvel an musulman.

 

Comment sa se passe ? 

De part et d’autre, des taxis vous permettent de vous faire déposer jusqu’au poste frontière. Dans cette zone, les mouvements se font à pied, avec un bus pour transiter entre les terminaux jordanien et israélien (toutes les 25 à 30 minutes, 1JOD/5 NIS).

Interdit : armes/ munitions (ah bon???), voitures de location ou taxis, moto, et vélo.  Le passage de voitures particulières est autorisée, avec certaines conditions : assurance à contracter coté israélien, traduction écrite en anglais des documents de la voiture et du conducteur…

Coté israélien, vous trouverez un modeste duty free. De même, il n’y a pas d’ATM dans le terminal jordanien, mais vous trouverez un bureau de change coté israélien.


Le King Hussein Bridge (Allenby)

Allenby departure hall. (Haaretz) Credits: Emil Salman

C’est le passage le plus fréquenté. Il est pile au milieu entre Amman et Jérusalem, très proche de la Mer Morte.  Sa particularité : il relie en fait la Jordanie à la Cisjordanie. Toutefois, c’est bien l’administration israélienne qui vous attendra quand vous traverserez la frontière. 

Distance d’Amman : 55 km / 45 minutes

Distance de Jérusalem: 40 km

Horaires: 08H00 – 20H00 pour les arrivées en Jordanie (attention, 08H00-14H00 pour les départs), tous les jours sauf les vendredi et samedi (08H00-13H00)

Cas particulier : ce poste frontière ne permet pas le passage de voitures particulières ou de bus de tours-opérateurs. 

Comment ça se passe: 

En ces lieux, on se retrouve au cœur du chaudron israëlo-palestinien. Jordanie, Cisjordanie, Transjordanie…les noms changent au cours de l’histoire, mais la réalité est là : il y a une continuité culturelle voire familiale de part et d’autre de la frontière. A Jérusalem comme dans ce poste-frontière, on perçoit physiquement une densité très particulière de l’atmosphère. Cette dernière fait partie de l’expérience unique du Proche-Orient !  

 

Cela explique les précautions prises, auxquelles il faudra de toute façon se plier de bonne grâce (rappelez-vous : keep calm..and cross the border ! 🙂 )  . Par exemple, dès l’entrée dans cette zone, les voyageurs sont répartis et transportés en 3 blocs distincts: les palestiniens, les touristes, et les résidents de Jérusalem.

Hormis les tarifs fixes de passage de frontière, les petits frais à l’intérieur semblent vraiment varier selon les voyageurs. Lamine nous confiait avoir payé le bus 7JOD par personne, plus 2 JOD par bagage…Si les tarifs de bus sont fixes, il n’en est pas de même pour les indispensables taxis qui vous emmènent au début de la zone de passage.

Deux conseils de routards: munissez vous de monnaie pour payer en cash , et négociez, négociez, négociez. 

Question temps, tabler au minimum sur 2 heures pour passer l’ensemble des filtres…Cela peut aller jusqu’à 5 heures! 

Si vraiment vous voulez vous faire peur, un peu de lecture : un article du Haaretz datant de juin 2017, sous le titre évocateur de: « hostility and humilitation:  the « welcome » awaiting tourists at Israël’s border crossings ». Tout un programme , ahah ! 

 


Le Wadi Araba Border Crossing (Aqaba / Eilat)

 

Ahlan wa Sahlan Jordan – credit beta Aqaba

Ce passage permet de relier Aqaba à Eilat. Il est très fréquenté par les voyageurs souhaitant cumuler la découverte d’Israël avec un passage à Petra et le wadi Rum, tous deux situés plutôt dans le sud de la Jordanie: le Wadi Rum n’est qu’à une heure d’Aqaba!

Distance d’Amman : 325km / 4h30

Distance de Jérusalem: 315 kms / 4h

Horaires: 06H30 – 20H00 tous les jours sauf les vendredi et samedi (08H00-20H00)

Aqaba est un endroit particulier car il s’agit d’une zone de libre-échange. Donc, le visa sera gratuit si vous restez plus de 3 nuits/4 jours, ou évidemment sur présentation du Jordan Pass. Sinon, ce sera 40 Jod (2 ou 3 nuits en Jordanie et visite de Petra), et même 60 JOD si vous restez moins de 2 nuits en Jordanie et que vous ne visitez pas Petra. Coté israélien, ça ne change rien, vous paierez quand même la taxe de sortie (voir juste en dessous ! ).

Comment ça se passe içi? Ce poste frontière semble avoir la meilleure réputation parmi les témoignages que l’on a recueilli. Il faut avouer qu’il est très excentré et pas du tout sujets aux tensions récurrentes entre les Israéliens et les Palestiniens. Car ici, il s’agit plutôt de tour operators ou de touristes désireux de cumuler leur passage à Eilat avec une petite découverte de la Jordanie.  Une fois déposé par votre taxi et passé le filtre de sortie de territoire, vous traversez à pied les 300 mètres de No man’s land entre les 2 pays….Et vous voila déjà de l’autre coté!  Marie-Amandine nous confie ainsi que tout se passe très tranquillement, personne n’étant pressé

Le principal risque ? se faire avoir par les taxis d’Aqaba, qui chercheront à vous faire payer un maximum pour vous emmener vers votre destination (Aqaba, Dead Sea, Wadi Rum…). Pourtant , les prix des taxis sont clairement indiqués au poste frontière. Ça doit être la base de votre négo, ne lâchez rien ! 

taxif fairs (!!) at Aqaba . Crédits: travelpixelz.com

S’il vous faut davantage d’informations, voici deux sites intéressant à parcourir: ils permettent de savoir exactement comment les choses vont se dérouler à la frontière entre Aqaba et Eilat:

 


Question visa et taxes, comment ca se passe? 

 

 

Visa et passeports…Ça dit quoi? 

Il n’échappera à personne qu’Israël n’a pas que des amis dans la région. De plus, une partie des pays arabes ne reconnaissent pas l’état d’Israël. Si votre passeport porte les visas de ces pays, ce n’est généralement pas rédhibitoire, mais vous risquez clairement d’attirer l’attention des services de sécurité israéliens, connus pour être assez affûtés.

En particulier, les visas du Liban et de l’Iran, auront de bonnes chances de vous faire passer quelques heures de questionnaire en plus en rentrant en Israël, et vous serez amené à devoir laisser quelques informations personnelles (numéro de téléphone, mail…). Il est tout aussi probable que vous subirez une fouille approfondie lorsque vous quitterez Israël de nouveau, car votre dossier n’aura pas été oublié entre temps.

Si vous le pouvez, et que vous ne voulez pas laisser des informations personnelles à la frontière israélienne, changez de passeport, et assurez-vous qu’il ne comprend pas de visa « litigieux… ». 

De son côté , Israël délivre maintenant ses visas, sous forme de coupon cartonné bleu , glissé dans une page du passeport . Conservez-le en toute circonstance sur vous durant votre séjour, mais vous pourrez vous en débarrasser à la sortie du territoire …Et aucune trace n’en sera gardée sur le passeport! 

Le nerf de la guerre: l’argent

Globalement, toute entrée ou sortie de Jordanie ou d’Israël sera payante. Cela étant dit, certaines dispositions permettent d’effacer les droits de visa, comme en particulier le Jordan Pass, sur lequel on a peu près tout écrit dans cet article.

Coté jordanien, le coût du visa est de 40 JOD, sauf si vous avez en préalable commandé en ligne un Jordan Pass. Nous avons a peu près tout écrit sur le Jordan Pass dans cet article, à consulter ici. Et pour sortir de Jordanie par voie terrestre, il vous en coûtera 10 JOD par personne. Il y a quelques cas particuliers à Aqaba, notamment si vous restez moins de 3 nuits et 4 jours en Jordanie…

Coté Israélien, voici ce qui vous attend : 

En rentrant, vous ne paierez rien, walou, nada, queutshy, nothing, dès lors que vous êtes un touriste et que vous comptez rester en Israël moins de trois mois.  Condition sine qua non: le passeport doit être encore valable au moins 6 mois.

En sortant d’Israël (ou Cisjordanie pour Allenby), il faut payer une taxe, d’environ 20 à 30 JOD/euros selon l’endroit par lequel vous passerez. Bien sûr, il y a une foultitude de cas particuliers et d’exemptions (enfant de moins de 2 ans, personnel diplomatique en mission, croix-rouge….). Une information fiable et officielle est disponible sur le site plutôt bien fait du Israël Airports Authority, qui régit les postes frontières. Voici la vérité des prix en date du 1er janvier 2019:  

fee rates for crossing land borders

 

Cet article vous à plus? Comment & share sur le réseau social de votre choix, grâce aux raccourcis ci-dessous ! 🙂 


  • le site internet fiable et bien fait des Israël airport authorities (en anglais)  : tout y est ! Etre en particulier vigilant sur les horaires d’ouverture, qui semblent fluctuer régulièrement; 
  • l’équivalent coté jordanien, disponible içi sur le site du Jordan Tourism Board. Soyons clairs, il y a beaucoup moins d’informations, et certaines ne sont pas à jour…
  • Comme chaque expérience est différente, nous vous encourageons aussi à aller voir les forums en ligne de voyage…Le passage des frontières est un sujet plutôt récurrent ! 

8 Replies to “Tout savoir sur les postes-frontières entre la Jordanie et Israël : le manuel”

  • Bonjour! merci pour toutes ces informations 🙂
    Nous avons pour projet de traverser la frontière dans le sens Jordanie-Israël. Nous seront à Amman et la destination finale est Jerusalem et je me demande s’il vaut mieux passer par le poste de Sheikh ou King Hussein… Certes, passer par Sheikh Hussein nous fera beaucoup plus de route mais est-ce-que ça ne sera pas in fine plus rapide que de passer par KHB sachant qu’il y a moins de monde à ce passage ? Nous sommes tous les deux maghrébins, avec quelques tampons de pays arabe et je me dis qu’à SHB ils seront peut-être plus « souples », qu’en penses tu ?
    Aussi, nous rentrerons avec nos passeports français mais auront tous deux nos passeports tunisien et algérien sur nous (à cause des grosses remises que l’on peut avoir grâce à eux, à Petra notamment où j’ai lu que nous pourrions payer le même tarifs que les jordaniens), est-ce-que cela posera problème ? j’imagine qu’ils mettront la main dessus lors de la fouille..
    Merci par avance !

    • Bonjour Monia,

      Nous pensions vous avoir répondu…et pouf, commentaire envolé ! :-/
      Sheikh Hussein sera à coup sur plus calme et moins fréquenté…mais ça vous fera perdre 90 minutes de route de part et d’autre. De ce que nous font remonter les voyageurs, ca ne fait pas grande différence d’être originaire d’un pays arabe en difficulté particulière coté israélien. Seuls certains types de visas peuvent donner lieu à plus de questions que d’autres. Ils ne fouilleront normalement pas l’intérieur de votre sac, et de toute façon, il n’est pas interdit d’avoir 2 passeports:-) . Par contre, prenez en compte le fait que de ne pas voir de tampon de sortie Jordanie sur le passeport français, les feront sans doute vous demander où sont vos autres documents: affichez clairement la couleur en disant que vous êtes binational et que vous avez fait ce choix pour avoir un discount sur Petra (ils scanneront alors peut etre vos deux passeports…). un petit conseil : soyez attentifs à ne pas donner l’impression qu’être de nationalité arabe constitue un plus dans la région (ie: « grace à ce passeport, on ne paie rien à coté… » 🙂 ).
      Pour Petra comme pour tous les autres sites touristiques, je confirme : vous ne paierez rien ou pas grand chose (entre 0 et 1 jod selon les endroits). De même, il n’est pas pertinent de prendre le Jordan Pass…
      On sera preneurs de votre feedback car les questions sont nombreuses sur les postes frontières, et c’est souvent du cas particulier !
      amitiés voyageuses

  • Merci beaucoup pour votre article qui risque de bien nous aider le week end prochain! Je pense qu’on va tenter le Allenby bridge puisqu’on ira d’Amman à Jérusalem. Mon compagnon et moi même sommes des humanitaires avec des multiples visa de pays plutôt « sympa » mais ni Liban ni Iran, ça passera peut être comme sur des roulettes!

    • Oui, tout ira bien..et surtout, profitez de l’autre coté aussi ! 🙂 . Si vous rencontrez un truc particulier (ou pas , d’ailleurs, ) pendant le passage, on est preneurs de votre feedback ! 🙂

Un commentaire? Une question? C'est par ici!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Restez informés, suivez-nous   sur Facebook!

 

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :